Retrouvez à tout moment le calendrier 2018-2019

[N3 R2] Le Compte rendu d’Olivier

Pour cette deuxième ronde de N3, nous nous déplacions à Bois-Colombes, équipe contre laquelle nous avons vécu bien des aventures ces dernières années, notamment des matches de dernière ronde décisive pour notre montée en N2. Par au moins deux fois à ces occasions, nous y avons fait face à une compo survitaminée qui ne nous avait laissé aucune chance.

Aussi, affronter une équipe de Bois-Colombes avec seulement deux ptis jeunes et contre laquelle nous étions sur le papier largement favoris avait quelque chose d’apaisant.
Toutefois, nous avons tous trop d’expérience des matches par équipe pour considérer le résultat comme acquis en l’occurrence. Il ne suffit pas d’être favori pour gagner, de même que, comme l’on dit près du lac le dimanche, il ne suffit pas d’être outsider pour perdre 😉 *

À la demande du capitaine adverse, qui manquait d’arbitre dans son effectif et qui avait oublié de nous consulter sur le sujet, nous avions l’honneur d’être arbitrés par Julien C, tout droit descendu des terres du Vexin et bien connu des joueurs franciliens.
Pour nous tranquilliser au sujet des sonneries de portables intempestives, il proposa 2 enveloppes, une pour chaque équipe, dans lesquelles tout appareil déposé serait déchargé de poursuites, son propriétaire et son équipe avec, s’il venait à sonner. En revanche, le début d’une micro vibration d’un téléphone resté dans la poche de son propriétaire serait impitoyablement sanctionné.

Certains dont je fus jouèrent le jeu de cette amusante méthode, d’autres conservèrent leur appareil dans leur poche.
Cependant que JC multipliait les téléphones, les joueurs se serrèrent la main et le match commença.


(n° de l’échiquier – Adversaires)
8 – Vincent – ANM
Vincent se retrouva tôt en difficulté face à deux pions noirs très avancés sur l’aile dame, qui le contraignirent à retarder son développement pour éviter des pertes matérielles.

Position après 15.Fx(pion)c4

Dans la position du diagramme, il prit le pion c4, coup naturel s’il en est, qui sape la protection de b3 et permet de se développer. Son adversaire échangea les fous sur c4 et les blancs se libérèrent.

Fort heureusement, dans la position du diagramme, les noirs manquèrent le désagréable 15…..c5 !
Par exemple,
16.dxc5 ? Dxc5 et le Fc4 est perdu
16.Fxa6 Cxa6 et si 17. dxc5 Cxc5 et Cd3+ à suivre
16.Ce2 cxd4 et reprendre le pion est très dangereux, par exemple 17. Cxd4 Tc8 18.Ca3 Fxc4 19.Cxc4 Dc5 perd un cavalier
16.d5 exd5 17.exd5 Te8+ 18.Ce2 Cbd7 et les blancs sous pression ne peuvent toujours pas roquer

Dans la partie, les blancs prirent l’ascendant et après l’échange des dames les noirs tentèrent un sacrifice de qualité pour valoriser le pion b3, mais Vincent repoussa posément cette dernière chance et fit parler son avantage matériel.

EDL 1 – Bois Colombes 0


7 – DD – Laurent
L’adversaire de Laurent lui rendit vaillamment coup pour coup jusqu’en milieu de jeu où, au 23ème mouvement, il commis une imprécision tactique qui permis à Laurent de lui endommager son roque. Après l’échange des dames, il commis une nouvelle erreur, décisive celle-là :

Position après 28…f5

Après 29.exf5 gxf5, les blancs doivent éviter la fourchette en e3 en jouant par exemple 30. Txd8 Txd8 31.Te1 gxf4 32.Te7+ et Txb7
Au lieu de cela, il optèrent pour 30.Cf2 ? Ce3+ et Laurent empocha la qualité, fit parler ses deux tours, enferma le roi blanc à l’aile roi et le mata.

EDL 2 – Bois Colombes 0


6 – Nathan – MM
Nathan déclina dans l’ouverture un sacrifice de pion aux conséquences incertaines et choisit un développement paisible. Il retint un léger avantage, mais au fil des échanges, son adversaire réussit à équilibrer complètement la situation, jusqu’à lui ôter tout venin. Dans la position ci-après,

position après 31.Fc5

la nulle fut conclue.

EDL 2 – Bois Colombes 0


5 – Benoît – VT
L’adversaire de Benoît était l’une des jeunes pousses de Bois-Colombes, dont il convient naturellement de se méfier. Le Kptain pris le pion d4 qui a terme, devait être récupéré par les blancs, mais en attendant, les noirs restreignaient quelque peu le jeu des blancs.
Au 19ème coup, la manière dont Benoît rendit opportunément ce pion promettait l’avantage aux noirs,

position après 19… d4-d3+

mais d’autant plus qu’après 20.Fxd3, (20.cxd3 ?? Cd4+ et les blancs perdent le Fb5) les noirs eussent continué par 20…Cd4+ et la capture du pion a4. Il reste certes du travail pour convertir l’avantage en gain.
Benoît opta pour 20…Cb4 et après 21.a5 Cxd3 22.cxd3 Fb4 23.Cb3, les blancs maintinrent l’égalité matérielle, échangèrent les pièces et obtinrent une finale de fous de couleurs opposées complètement égale. La nulle fut conclue ; Une belle résistance de la joueuse de Bois Colombes.

EDL 2 – Bois Colombes 0

4 – Olivier – LP
Je me sentais d’humeur paisible et étais prêt pour une partie positionnelle tranquille. J’adoptai une ouverture ad hoc et développai précocement une sensible initiative sur l’aile dame, soutenue par le Fg2. De surcroît, les noirs furent gênés par leur fou de cases noires, qui joua plusieurs fois sans trouver de réelle activité.
Les noirs ayant tardé à contre attaquer au centre par la poussée e4 jusqu’à ce que cela ne soit plus possible, je gagnai beaucoup d’espace à l’aile dame et nous arrivâmes à la position suivante ;

position après 28.Tfc1

Mon adversaire m’avait quelques coups auparavant proposé l’échange des dames que j’avais rapidement accepté, sentant que le jeu resserré des noirs et la faiblesse de b7 suffisait à me garantir un confortable avantage.
Les noirs avaient la possibilité 28…g6 pour supprimer les menaces dans le couloir. Le pion b7 est en sursis de toute façon, mais en cas d’échange des pièces lourdes, parmi les variantes dans lesquelles il ne reste que les fous blancs, certaines ne gagnent pas de manière évidente, même avec le pion b6.

Mon adversaire opta pour 28…. Cc6, qui fut suivi de 29. Txe7 Rxe7 30. Txc6 ! Qui gagne une pièce en raison de 30….bxc6 31. Cxc6 + prend la tour b8. Il abandonna quelques coups plus tard.

EDL 3 – Bois Colombes 0

Sauf erreur de ma part, jusque-là toutes les parties s’étaient chronologiquement achevées dans l’ordre rétrograde des échiquiers. L’on pouvait donc s’attendre à ce qu’Antoine soit le dernier à finir…
Quoi qu’il en soit, à ce stade le match n’était pas encore gagné. Des trois échiquiers restant, aucun ne pouvait annuler sur commande ; Antoine commençait à subir une certaine initiative de son adversaire, Alain disputait une position ouverte dans laquelle tout pouvait arriver et Manu jouait une partie de louvoiement à l’issue incertaine également.


2 – Alain V –

En dépit de mes supplications, je n’ai pas été admis à consulter le manuscrit original de la partie d’Alain, ni un scan d’icelui, compte tenu sans doute des droits d’exclusivité éditeur qui régissent la sortie d’un de ses prochains livres 😉
Quoi qu’il en soit, je me suis souvenu en passant à côté de l’échiquier au fil de la partie, d’un mot d’Alekhine (me semble-t-il) qui disait à peu près que pour lui faire rendre les armes, il fallait le battre 3 fois : dans l’ouverture, en milieu de jeu et en finale.
Pour Alain c’est quatre fois ; En surplus des trois d’Alekhine, il convient de déjouer les pièges qu’il tend dans une position compromise : l’avant dernière fois que je vis la position, il avait concédé une pièce à son adversaire, la fois suivante, celui-ci lui tendit la main !

Cette fois le match était bien gagné, et il restait à Manu et à Antoine le soin de peaufiner notre départage. Les zeitnots étaient inévitables à ce moment.

EDL 4 – Bois Colombes 0

3 – GV – Manu
Une partie très fermée, qui ne s’ouvrit par la colonne a qu’au 30ème coup.
Avec une idée derrrière la tête, Manu invita les blancs à échanger leur mauvais fou contre son cavalier noir en c3.

Position après 46.h4

Or le clou résultant en c3, qui pourrait sembler faible, est plus coriace qu’il y paraît !
sur le naturel 46.De1 ??, Da2+ ! gagne la dame après 47.Rxc3 Da5+ ou après 47.Rd1 (47.Rc1 Db1+ 48.Rd2 Dxe1+ 49.Rxe1 c1=D+) c2+ 48.Rd2 Da5+.

D’où l’idée des blancs de chercher du jeu par 46.h4.

Les deux adversaires sont en grand zeitnot, phase de jeu que conformément aux instructions de notre bien aimé Kptain, nul enghiennois n’est sensé atteindre, mais… Manu y est redoutable !

Celui-ci prouva une fois de plus son habileté en tendant à son adversaire un piège par le coup positionnellement discutable mais tactiquement justifié 46…gxh4 !, qui invite la simple réponse 47. Dxh4 ? lequel ouvre les lignes de l’aile roi aux blancs.
Oui, mais maintenant…
47…Da1 ! Le piège se referme ;
Les blancs n’ont plus qu’un échec en h5 et c’est fini. L’adversaire de Manu se plongea dans une longue réflexion, joua un ou deux coup par inertie et abandonna.

L’ordinateur, qui ne manque jamais de temps ni de sang-froid, préfère 47.g5 !, après lequel les noirs doivent trouver 47…Da3 !! pour progresser (si 47…hxg5 48.Dh3 ! et les blancs semblent se tirer d’affaire) Par exemple, 48. Rxc3 h3 ! 49.gxh6 Da5+ 50.Rc2 Da2+ 51 .Rc3 Dg2
Naturellement, cette variante est compréhensible lorsqu’on la joue, mais la trouver en zeitnot, c’est placer la barre un peu haut pour des joueurs comme nous…

EDL 5 – Bois Colombes 0

1 – SW – Antoine

L’adversaire d’Antoine offrit à celui-ci un pion dans l’ouverture et dans les escarmouches de simplification qui suivirent, obtint pour le pion de moins la paire de fous et une brèche dans le roque noir par la disparition du pion h7 ;
À plusieurs moments, chacun des adversaires avait selon l’ordi la possibilité de déséquilibrer la position en sa faveur, mais dans des milieux de jeu de ce genre, impossible pour des joueurs humains de ne pas rater des variantes…

position après 34.Tg6

34…d4 ! Coupe la grande diagonale noire et menace Cc3. Par exemple 35. Dc2, Rh7 36.Fh5 d3 37.Txd3 Dxd3 38. Txd3 Txd3 39.Txe6 et là, 39…Tf6 !! rend la qualité 40.Fxf6 Cxf6 40. Ff3 Txa3 gagne avec les 3 pions passés. Bon.

Antoine préféra 34…c4. Les blancs accumulèrent leurs forces sur le roi noir, tandis que les noirs mobilisèrent leurs majorité à l’aile dame, dans une sorte d’équilibre dynamique hautement imprévisible.

Le premier contrôle de temps fut atteint, et le joueurs consommèrent de longues minutes à tenter de débroussailler les variantes, finissant tous deux en grand zeitnot.

position après 52.Da6

les blancs harcelèrent le roi noir afin de ne leur laisser nul répit pour pousser les pions de l’aile dame.
Finalement, ce fut Antoine qui craqua le premier et sur une petite pointe tactique, perdit le Fou. Sachant que ses pions ne pouvaient plus rien dorénavant, il tendit la main à son adversaire.
Un combat acharné !

EDL 5 – Bois Colombes 1

*cf CR ronde 3 du lendemain par Emmanuel

2 commentaires.

  1. Merci Olivier. Et je note que, toi aussi, tu respectes les bonnes résolutions de ton capitaine. Très bien !
    Vous trouverez le compte-rendu de l’équipe adverse ici : https://www.bois-colombes-echecs.com/interclubs-adultes-nationale-iii-groupe-11-saison-2019-2020/

  2. Merci Olivier pour ce CR très complet !

Commenter.